Patrimoine de nos communes

Patrimoine de nos communes

Patrimoine de nos communes

Appartenant au Pays d’art et d’histoire du Coutançais, le patrimoine de La Haye du Puits fut témoin ou acteur de nombreux faits historiques avérés, supposés ou fictifs. Le plus bel exemple étant sans nul doute l’abbaye de Blanchelande, témoin des conflits religieux de la région avant d’être elle-même le cadre d’un des romans les plus célèbres de Barbey d’Aurevilly : l’Ensorcelée.

Un patrimoine riche et préservé entre mer, monts et marais !

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre patrimoine, nous disposons d’un classeur pour chaque commune. N’hésitez pas à nous solliciter !

COMMUNE NOUVELLE DE " LA HAYE "

BAUDREVILLE

Un peu d’histoire…
L’église date, pour ses parties les plus anciennes, du XIIIème siècle. Elle est placée sous le vocable de Sainte Marguerite, martyre dénoncée comme chrétienne par son père et décapitée. C’est l’abbaye de Lessay qui en avait le patronage. Du château de Baudreville, il ne reste presque rien. Transformé en ferme, on peut encore voir le portail d’entrée et le colombier. .
A voir, à faire…
La curiosité de ce village fleuri c’est, sans nul doute, son alambic en cuivre exposé dans le bourg à la belle saison.

BOLLEVILLE

Un peu d’histoire…
Un aérodrome et un hôpital militaire furent installés sur la commune en 1944, après la libération. Pendant des mois, la population locale vivra à « l’heure américaine ».
A voir, à faire…
Producteur de cidre : Pierre Guillotte vous fait découvrir son travail et déguster ses produits dans sa maison natale, l’ancien presbytère de Bolleville. Contact : 06 22 96 27 82 – http://levieuxpresbytere.weebly.com/ 
Ecuries Le seigneur : Fabiola Buhagiar vous invite à découvrir la région et ses richesses lors d’une balade à cheval. Contact : 06 42 22 91 06 – http://www.cte-chevauxetanes-camping-gite.com/

GLATIGNY

Un peu d’Histoire…
En plus d’être une bâtisse magnifique, le manoir de Glatigny (privé) aurait accueilli une chapelle huguenot. Il faut dire qu’avec la révocation de l’Edit de Nantes en 1685 par Louis XIV, nombreux sont les protestants qui fuient le pays en direction de Jersey.
A voir, à faire…
Profitez du bord de mer pour pêcher à pied et découvrez les dunes et leurs richesses grâce au panneau d’interprétation mis en place à l’entrée de la plage.

LA HAYE DU PUITS

Un peu d’Histoire…
Le donjon de La Haye du Puits est l’un des plus anciens de la Manche. Sans doute construit au XIème siècle, il est l’un des derniers vestiges d’un château fortifié, installé sur une motte féodale. Il est maintenant fermé car trop dangereux pour être visité.
Au début du XVIème siècle, Arthur de Magneville construit un château plus confortable au pied du château médiéval dans ce qui servait alors de basse-cour. Ce château était composé d’un pressoir, d’une prison, d’une boulangerie et même d’un moulin. Celui-ci ne sera détruit qu’avec les bombardements de 1944. Jusqu’au milieu du XIXème siècle, le château et le donjon étaient entourés de douves.
L’église actuelle a été construite entre 1851 et 1862, à l’emplacement d’une ancienne église romane. Elle renferme, dans sa chapelle Nord, le magnifique tombeau Renaissance (classé monument historique) d’Arthur de Magneville, le seigneur qui construit le château du XVIème siècle, décédé en 1556.
A voir, à faire…
L’Office de Tourisme a mis en place un circuit numérique sur la libération de La Haye du Puits. Grâce à une application gratuite (KITM), ce circuit d’une heure vous fera parcourir la ville avec ses monuments et découvrir à votre rythme les combats de 1944. Plus d’informations.

MOBECQ

Un peu d’Histoire…
A côté de l’église, se trouve le manoir de Mobecq qui date du XVIème siècle. Il possède une double entrée, un pigeonnier et un étang. C’est ici que Jean de la Varende écrivit son roman « L’Homme aux gants de toile ».
A voir, à faire…
Découvrez les environs à vélo grâce à la voie verte et faites une halte par Mobecq afin de découvrir son église et son manoir (privé).

MONTGARDON

Un peu d’Histoire…
L’origine du nom Montgardon viendrait du mot scandinave « varde » qui signifie « poste élevé et gardé ». Il est vrai que pour accéder au bourg, il faut prendre de la hauteur. Ses 84m d’altitude offrent une vue imprenable sur le Cotentin, le bord de mer et les autres monts qui entourent La Haye du Puits. L’église de Montgardon date, pour les parties les plus anciennes, du XIème et XIIème siècle. Elle sera endommagée par les combats pour prendre « Bloody Hill » en juillet 1944. L’if géant, classé arbre remarquable, fut planté au début du XVIIIème siècle par le curé Louis Cabaret. Rongé par la maladie, il a fallu le tailler en 2015.
A voir, à faire…
Partez découvrir le bocage et ses richesses avec le centre équestre de Montgardon Equitation. Contact : 06 01 48 49 84 – montgardon.equitation@gmail.com

SAINT REMY DES LANDES

Un peu d’Histoire…
Saint Rémy des Landes est doté de deux châteaux. Le plus ancien est celui de Taillefer, édifié en 1773 par M. de Clamorgan. Ce fief de Taillefer viendrait du célèbre chevalier qui aurait, juste avant la bataille d’Hasting, entonné l’hymne de Charlemagne et de Roland, impressionnant ainsi les Anglais. Malheureusement, il sera tué au court de la bataille. Le seconde château date lui du début du XIXème siècle mais n’est plus habité depuis de nombreuses années. Il appartient à la ville de Carrière sous Poissy depuis 1972 et accueille dans un bâtiment annexe une colonie de vacances.
A voir, à faire…
Une partie du havre de Surville se trouve sur la comme de Saint Rémy. Des panneaux d’interprétation sur le havre sont à découvrir dans les dunes.

SAINT SYMPHORIEN LE VALOIS

Un peu d’Histoire…
Au début du XXème siècle, trois communes de la Manche s’appelait Saint Symphorien. C’est pourquoi, en 1918, le ministre du commerce demanda au maire de trouver un additif pour se différencier des deux autres. Il proposa trois noms qui furent soumis au conseil municipal : Saint Symphorien l’Avenue, Saint Symphorien des Saules et Saint Symphorien le Valois. Saint Symphorien était un jeune chrétien qui vivait à Augustodonum (aujourd’hui Autun en Saône et Loire). Il fût décapité en 180 pour avoir refusé de trahir sa foi. Un vitrail le représente dans l’église.
A voir, à faire…
Le 7 juin 1944, le bourg de Saint Symphorien, où se trouve la gare de La Haye du Puits est bombardé. L’église et la gare sont détruites et 11 habitants sont tués. Un arrêt du circuit numérique évoque cet épisode de notre libération. Plus d’informations

SURVILLE

Un peu d’Histoire…
Surville est riche d’un patrimoine bâti varié. En effet, en plus d’une église du XIVème siècle on compte un manoir datant de la Renaissance et un château du début du XXème siècle. De tout temps le littoral est utilisé pour la pêche côtière tant en mer que sur les platiers rocheux. C’est alors une économie à part entière qui se développe sur les communes littorales. Les algues qui y sont récoltées furent utilisées de différentes manières : rembourrage des matelas et banquettes de train, fabrication de produits cosmétiques ou de gélifiants ou encore fertilisation des jardins potagers et de certaines cultures maraîchères.
A voir, à faire…
Découvrez le havre de Surville, le plus petit des huit havres de cet ensemble unique en Europe. De nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs viennent dans ce havre pour s’y reproduire ou s’y nourrir, attirés par les nombreux mollusques, crustacés et poissons qui le peuplent. Ce havre est à découvrir quel que soit la marée car il offre un paysage différent à chaque fois.

COMMUNE NOUVELLE DE " MONTSENELLE "

COIGNY

Un peu d’Histoire…
Le village de Coigny a la particularité d’avoir deux châteaux. Le vieux château, situé à proximité de l’église, date du XVIIème siècle. Un peu plus loin, en direction de Cretteville, le château de Francquetot fut construit sur les restes d’un château médiéval dont les caves voutées sont le seul vestige. La plus grande partie des bâtiments date du XVIIIème siècle. Le château sera habité par les allemands pendant l’occupation puis occupé par les américains qui installèrent un aérodrome (sur les communes de Cretteville et Beuzeville la Bastille) dont une partie de la piste se terminait dans le parc du château.
A voir, à faire…
Découvrez dans l’église paroissiale, la chapelle seigneuriale des ducs de Coigny datant du XVème siècle ou reposent deux seigneurs et leurs épouses.
Producteur de cidre : M. Debrix vous propose ses produits issus de la pomme. 02 33 42 09 02. Plus d’infos

LITHAIRE

Un peu d’Histoire…
Lithaire est surtout connu pour le Mont Castre et toutes ses histoires. La première d’entre elles, le combat de Virodovix contre Sabinus en 56 av JC, est peut-être à l’origine de son nom. Le Mont Castre venant de mot castrum « camp » en latin.
A voir, à faire…
Découvrez le plan d’eau du Mont Castre avec son ancienne église romane, son « vieux château », son allée couverte et sa table d’orientation. Un circuit d’une heure avec des panneaux d’interprétation vous propose de découvrir toute l’histoire du mont. Vous y trouverez également une aire de jeux et de pique-nique.
La poterie Au Grès du Temps : Ce couple de potiers vous propose de découvrir son travail ainsi qu’un agréable jardin. Gratuit. Plus d’informations.

PRETOT SAINTE-SUZANNE

Un peu d’Histoire…
En 1972, les deux communes fusionnent et, en 1980, la nouvelle commune de Prétot-Sainte-Suzanne est née. Cette commune rurale est riche d’un patrimoine important avec deux châteaux et deux églises. Le château de Prétot date de la Renaissance quand celui de Sainte Suzanne, plus récent, fut construit à la fin du XVIIIème siècle. Tous les deux sont privés mais la cour du château de Sainte Suzanne se visite en saison.
A voir, à faire…
Depuis le bourg de Prétot, où vous trouverez un parking et une aire de pique-nique, partez à pied en direction de l’église (direction Lithaire) : sur votre chemin, vous découvrirez le château de Prétot et sa magnifique porterie renaissance. Une fois à l’église, vous pourrez voir le mausolée des seigneurs de Prétot où repose Jean d’Orglandes, seigneur de Prétot à l’époque de la construction de la nef de l’église et du château.

SAINT JORES

Un peu d’Histoire…
La particularité de bourg de Saint Jores est sans conteste son église à deux clochers. Le plus ancien, sur le côté, remonte au XIVème siècle alors que celui du portail date de la reconstruction de la nef à la fin du XIXème siècle. Le bourg et l’église subiront de gros dégâts lors de la libération en 1944. C’est pourquoi le bourg est en grande partie reconstruit.
A voir, à faire…
Sur la route en direction de Periers, une double croix est installée le long de la route à mi-chemin entre l’église de Saint Jores et la chapelle Sainte Anne. La légende dit que deux frères partant pour un long voyage dans une direction différente firent vœu, en se séparant, d’élever une croix à l’endroit où ils viendraient se rencontrer. La rencontre se fit à Saint Jores et les deux frères élevèrent chacun une croix sur la même base pour mieux symboliser leur union.

LES AUTRES COMMUNES

DOVILLE

Un peu d’Histoire…
Célèbre pour son mont, la commune de Doville est également connue pour sa carrière, en activité depuis les années 1840. Appelée autrefois la carrière des cheminots, elle fournira les pierres pour les lignes du chemin de fer.
A voir, à faire…
Découvrez le Mont de Doville et sa chapelle, ancienne église paroissiale du XIIème siècle, son corps de garde d’où l’on surveillait une éventuelle invasion anglaise,  son moulin et surtout son vaste panorama avec table d’orientation et aire de pique-nique.
La tribu des Essieaux (centre équestre) : découvrez le mont à cheval avec Sonia Vermurghen : 06 74 41 62 00

NEUFMESNIL

Un peu d’Histoire…
Au XIème siècle, Mathilde de Vernon, dame de Varenguebec, fait le vœu de fonder une abbaye si son époux, Richard de La Haye, rentre de captivité. C’est donc en 1154, après le retour de son mari, que la construction de l’abbaye de Blanchelande débute. Elle souffrira durant les guerres mais c’est à la Révolution que les dommages sont les plus importants. L’église abbatiale et le cloître sont détruits, les moines sont expulsés et l’abbaye est vendue comme bien national. Blanchelande sera rendue célèbre par le roman de Barbey d’Aurevilly, l’Ensorcelée (1854), qui place une partie de son action dans l’abbaye.
A voir, à faire…
Découvrez la tombe de trois abbés de Blanchelande au sein de l’église. Vous pouvez également passer devant l’abbaye, site privé, et admirer la magnifique porterie et le bâtiment principal devant l’étang.

SAINT NICOLAS DE PIERREPONT

Un peu d’Histoire…
Quand on regarde l’église de Saint Nicolas on remarque tout de suite son clocher si particulier. En effet, il est doté d’un chemin de ronde qui lui donne l’aspect d’une tour de guet, rôle que l’église joua sans doute autrefois car elle offrait une vue dégagée sur la mer et l’arrivée éventuelle des anglais. Certains hameaux, comme celui de la Loutterie, ont gardé tout leur cachet et côté pittoresque avec leurs maisons anciennes.
A voir, à faire…
Découvrez Saint Nicolas grâce à une randonnée d’environ deux heures entre mont et marais. Disponible à l’Office de Tourisme.

SAINT SAUVEUR DE PIERREPONT 

Un peu d’Histoire…
La commune de Saint Sauveur de Pierrepont domine les marais et le clocher de l’église offrait une vue imprenable sur les alentours. Le 18 juin 1940, alors que les allemands avancent vers Cherbourg, un groupe de 75 marins et soldats français tente de bloquer l’avancée de l’ennemi au niveau des marais. Trois hommes seront tués et 6 autres blessés. Cet acte de bravoure, car perdu d’avance, contribuera avec d’autres à ralentir la progression allemande et à faire gagner un temps précieux aux troupes françaises et anglaises qui évacuent à Cherbourg. Une plaque et un canon commémorent ce combat. L’église sera détruite en 1944 à la libération.
A voir, à faire…
Découvrez la réserve naturelle de la Sangsurière et de l’Adriennerie qui appartient au Parc des marais du Cotentin et du Bessin. Cette réserve héberge des espèces protégées comme la Drosera, une plante carnivore. Des visites guidées sont proposées en collaboration avec l’Office de Tourisme. Plus d’informations.

VARENGUEBEC

Un peu d’Histoire…
Varenguebec est la commune natale du célèbre François Enault, dont le père était l’instituteur de la commune. Né le 28 mai 1869 dans le village, il était l’aîné de 12 enfants. Parti à Paris pour suivre des études de droit, comme le souhaitait son père, il y étudie la peinture et le dessin, gagnant sa vie en illustrant des journaux ou des livres. Il deviendra peintre et écrivain. Ses œuvres sont des tableaux de vie qui représentent le quotidien du Cotentin rural : les marchés, les intérieurs des fermes, les foires, les fêtes, la pêche et les coutumes. Il peignait et décrivait les gens et les paysages tels qu’ils étaient. Témoignages essentiels à une époque où les documents (photographiques) sont rares. Il est enterré dans le cimetière de Varenguebec.
A voir, à faire…
Traversez le bois de Limors au départ du bourg de Varenguebec et rejoignez après une marche d’une heure le hameau de Longuerac situé au bord des marais et offrant une vue magnifique sur ce paysage.